Y en aura pas de facile!

Par Alain Balleux

Grosse semaine de passée encore!

En fait, je crois qu’on dira cela à toutes les semaines cette année. Les Panthers, les Kings et les Rangers se sont tour à tour amenés au Centre Bell et le défi s’annonçait pour le moins difficile considérant les circonstances…

Ben quoi! Les trois équipes ont déjà participé à la finale de la Coupe Stanley… Deux d’entre elles, l’avaient déjà gagné auparavant. Plusieurs d’entre vous n’étaient peut-être même pas nés au moment des faits, mais bon!

OK, on résume… Les Panthers et Roberto Luongo étaient présents, mardi en ville et Roberto n’était même pas devant le filet, « faque », on en a profité pour gagner parce que Roberto ne nous donne pas toujours cette chance. Jeudi, ça été un peu plus difficile pour notre équipe qui s’est incliné 4-0 devant les Rois de la Cité Perdue – ok, je traduis pour que ce soit plus simple : Kings de Los Angeles. Le très sympathique Luc Robitaille devait être bien fier de ses ptits gars. Finalement, samedi, les Rangers avaient aussi rendez-vous chez nous et nous en avons pris la mesure 5-4. Je crois que, Alain Vigneault pour sa part, l’était un peu moins des siens.

Une fiche de 2-1 pour la semaine!

C’est mieux que ce que l’on a vu précédemment cette année. Plusieurs petits malins s’empresseront d’ajouter pour eux-mêmes à cette ligne que c’était facile de faire mieux, mais encore fallait-il le faire, que ma conscience de fan va s’empresser de leur répondre. J’aime bien les débats entre consciences interposées. C’est moins violent… et ça permet tellement de libertés. D’ailleurs, si je peux me permettre un aparté dans ce monologue qui se veut d’abord et avant tout un dialogue, ce serait le fun – ne pas utiliser l’accent français pour cette expression svp, ça risquerait de me faire sonner pour ce que je ne suis pas, un français! – d’avoir vos commentaires quand je vous écris ce genre de commentaires parce que c’est toujours constructif que d’échanger, je trouve.

Ce n’est pas un défi que je lance, mais si des amis veulent bien se prêter au jeu, ce serait drôle!

Une autre grosse semaine en perspective

Comme je l’écrivais précédemment, y en aura pas de facile, mais celle qui vient contient quatre matchs… à l’extérieur en plus! Pas dehors là! Mais pas chez nous, à l’abri des spectateurs pas gentils. Quoique les nôtres commencent aussi à s’exprimer ces temps-ci et pas toujours contre l’adversaire sur la glace, mais bien contre le Tricolore (3-7-1).

Si on tentait d’analyser chaque force en présence…

Lundi contre les Sénateurs (5-1-5) chez eux, faudra

pas se tromper! Une bonne équipe sur le papier comme qu’on dit. Bien que ce soit prenable comme on le dit souvent, faudra faire attention car les Sens ont un bon début de saison et semblent toujours à leurs mieux quand ils affrontent le CH. Karlsson est de retour et va de mieux en mieux. Beau défi. C’est certain qu’on se souhaite une victoire, mais qu’en sera-t-il à la fin de la soirée?

Crédit photo : NHL.com

 

Jeudi, on sera au Minnesota. Contre le Wild (4-3-2) et sa nouvelle bande. Malgré l’ajout de quelques nouveaux noms cet été, on se serait attendu à mieux comme départ de la part de cette équipe. Est-ce que nos guerriers voudront rappeler à Radulov qu’il aurait dû rester avec nous ou bien si ce dernier nous rappellera lui-même pourquoi on s’ennuie de lui? On verra bien!

Crédit photo : NHL.com

 

Samedi soir, le CH aura rendez-vous avec les Jets (4-3-2) à Winnipeg. Un autre drôle de défi, mettons. Est-ce prenable? Certainement! Y arrivera-t-on? Peut-être… Ça dépendra probablement comment va filer Patrik Laine.

Crédit photo : NHL.com

 

Et pour conclure cette difficile semaine, le CH croisera le fer avec les Black Hawks, directement de Chicago, territoire hostile s’il en est un. Jamais facile, mais qui sait?

 

Crédit photo : NHL.com

 

 

Si à la fin de la semaine, on s’en sort avec une fiche de .500, je serai heureux. Je ne devrais pas être seul à l’être je crois. Si c’est mieux, ce sera la joie et le bonheur! Si c’est moins, on verra.

Je pense que ça peut bien aller, et vous?

 

Comments

comments

Alain Balleux

Alain Balleux

Alain a débuté sa carrière de hockeyeur en chaussant des patins "Simpsons Sears". Son style se définissait surtout comme : sur la bottine, il s’est donc réorienté assez rapidement vers la « gérance d’estrade ». De plus, comme son père a légué tous ses talents sportifs à mon frère, Alain a vite compris qu’il devait troquer ses patins pour un clavier. Il est aussi à l’aise sur son clavier que ne l’était Yvan Cournoyer sur ses patins. Il tentera donc de commenter l’actualité « hockey », de façon aussi humoristique et régulière que possible. Pendant que nous sommes dans les vérités, autant l’avouer : il est un « fan fini » des Canadiens de Montréal.

Leave a Reply

Your email address will not be published.