[fusion_builder_container hundred_percent=”no” equal_height_columns=”no” hide_on_mobile=”small-visibility,medium-visibility,large-visibility” background_position=”center center” background_repeat=”no-repeat” fade=”no” background_parallax=”none” parallax_speed=”0.3″ video_aspect_ratio=”16:9″ video_loop=”yes” video_mute=”yes” overlay_opacity=”0.5″ border_style=”solid”][fusion_builder_row][fusion_builder_column type=”1_1″ layout=”1_1″ background_position=”left top” background_color=”” border_size=”” border_color=”” border_style=”solid” border_position=”all” spacing=”yes” background_image=”” background_repeat=”no-repeat” padding=”” margin_top=”0px” margin_bottom=”0px” class=”” id=”” animation_type=”” animation_speed=”0.3″ animation_direction=”left” hide_on_mobile=”small-visibility,medium-visibility,large-visibility” center_content=”no” last=”no” min_height=”” hover_type=”none” link=””][fusion_text]

Je n’ai pas vraiment connu l’époque où les joueurs de hockey pouvaient jouer sans casque. Aujourd’hui quand on regarde les images d’archives, on peut se demander comment les joueurs pouvaient accepter de jouer sans casque considérant que c’est un sport qui comporte autant des contacts ou des tirs de rondelles. Évidemment, la science médicale de l’époque n’était pas aussi développée qu’aujourd’hui et l’on n’avait pas une très bonne connaissance des impacts des blessures à la tête.

Probablement que les joueurs sans casque se projetaient comme des « toughs ». Ceux qui n’hésitaient pas à mettre leur sécurité en péril pour montrer comment ils étaient forts. Heureusement, les casques ont été rendus obligatoires à la fin des années 70. (À peu près en même temps que la fin de la dernière grande dynastie des Canadiens!)

Malgré le fait que je n’ai pas vraiment connu l’époque du jeu sans casque, il restait quelques incorrigibles vestiges dans la ligue dans les années 90. J’avais dans ma vieille collection de cartes de hockey, une carte de Guy Lafleur dans l’uniforme des Nordiques ou l’on voyait très bien sa chevelure. J’avais aussi une carte de hockey de Craig MacTavish dans l’uniforme des Blues, sans casque dans une marée de joueurs qui portaient le casque. C’est d’ailleurs avec lui qu’est morte l’histoire des joueurs sans casque en 1997, soit presque 18 ans après l’imposition du port du casque par la ligue.

Par contre, celui que je me rappelle assez bien avoir vu sans casque sur la glace est l’officiel Kerry Fraser.  Nous avons pu admirer sa chevelure jusqu’en 2006 après que la clause grand-père qui lui permettait d’arbitrer les cheveux libres ait été remplacée par une nouvelle entente de contrats des officiels.

Alors, pour ma part, les seuls temps où j’ai pu observer des joueurs sans casque, c’est quand les joueurs le perdaient pendant la séquence de jeu. Ce qui fait en sorte que j’ai rarement vu du hockey se jouer sans casque pour très longtemps. La seule exception mémorable, c’est un certain but d’Alexeï Kovalev qu’il avait marqué en 2008 contre les Bruins, sinon je n’ai pas d’autres exemples très marquants.

Alors que le port du casque est quelque chose devenu normalisé, c’est maintenant le port de la visière qui est la nouvelle norme en termes de sécurité. Personnellement, le fait de perdre la vue ou bien de me faire mal aux yeux sont des choses qui me font peur. Alors, c’est certain que je porterais une visière si je jouais. Je comprends que la vue est meilleure sans visière, mais la journée où tous les joueurs l’auront, plus personne n’aura d’avantage de ne pas la porter et comme le casque, ça ne sera plus un enjeu!

Philippe Landry

[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

Article précédentSocial Media : @Hockey Collective
Article suivantA Girl in a Men’s World | Emmanuelle Blais
Je me prénomme Philippe. Je fais partie de la génération qui n'a jamais vu la grande époque de nos glorieux. En fait, j'avais 5 ans quand le Canadien a gagné sa dernière coupe Stanley. En tant que fan du Canadien, j'aurais détesté les Nordiques, mais j'aimerais bien qu'ils reviennent... Pour qu'on puisse les battre à nouveau! J'ai même commis ce qui aurait été un crime de lèse-majesté il y a 30 ans, soit m'acheter un chandail des Nordiques pour aller manifester à New York pour le retour des Nordiques avec des gens de Québec. Bref, pour faire une histoire courte, comme un croyant, je vis d'espoir que moi aussi un jour je pourrai parader sur la Ste-Catherine pour saluer nos valeureux champions. Je rêve d'entendre le chiffre 25 lorsqu'on parlera du nombre de coupes de notre équipe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here