Terrebonne, Qc – Tous les fidèles amateurs de hockey depuis plusieurs années, associent des joueurs tels que Wayne Gretzky, Mario Lemieux ou Bobby Orr comme les meilleurs de l’histoire du hockey masculin. Lorsqu’on parle de hockey féminin, le principal nom qui ressort est celui de Hayley Wickenheiser. La pionnière du hockey féminin au Canada et un peu partout dans le monde. Hayley Wickenheiser est maintenant à la retraite, mais c’est une autre femme canadienne qui est maintenant considérée comme la meilleure joueuse au monde.

En effet, il s’agit de Marie-Philip Poulin que l’on surnomme la Sidney Crosby du hockey féminin ! Le rêve de la jeune femme de 26 ans s’est véritablement amorcé en 2010 à Vancouver lors des Jeux olympiques d’hiver alors qu’elle a récolté pas moins de sept points en cinq parties, dont deux buts lors de la finale pour la médaille d’or face aux Américaines. Quatre ans plus tard, la #29 refaisait le même coup aux États-Unis en marquant le but égalisateur ainsi que le but vainqueur en prolongation ! D’ailleurs, cette partie est devenue l’une des meilleures parties que j’ai eu la chance d’écouter ! Tout le monde se rappelle le poteau des Américaines alors que Szabados était au banc de la formation canadienne. Repenser à ce moment me donne des frissons !

Une joueuse des grands moments

Poulin est une joueuse reconnue pour élever son jeu d’un cran dans les moments qui comptent le plus ! Fort d’une récolte de 12 points en 10 parties durant ses deux participations aux Jeux Olympiques (Vancouver 2010 et Sotchi 2014), et ce, malgré qu’elle ait dû composer avec une blessure à la jambe durant le tournoi olympique de 2014, la joueuse, née à Beauceville au Québec, a amassé 34 points en 25 parties, au total, dans les cinq Championnats du Monde auxquels elle a participé. Aussi, Poulin a eu une énorme récolte de 26 points en seulement 10 parties dans les deux Championnats du Monde Junior auxquels elle a participé !

Des récoltes impressionnantes !

Outre les années où elle a évolué avec l’équipe canadienne, Marie-Philip Poulin évolue avec les Canadiennes de Montréal depuis deux ans (durant lesquelles elle a amassé 83 points en 45 parties). Auparavant, elle a, entre autres, fait partie de l’équipe de hockey féminine de l’Université de Boston durant cinq saisons durant lesquelles elle a cumulé 181 points en 111 parties, ce qui est énorme ! Tout cela pour dire que, depuis le tout début de sa carrière, Poulin est une joueuse à caractère extrêmement offensif et ses statistiques le prouvent ! Au total, depuis 2008 et toute ligue/championnat confondue (AMHL, CWHL, NCAA, CM international, CMJ, JO et QCHL) elle a une très impressionnante récolte de 460 points en 255 parties soit une moyenne de 1,80 point par match!

Et ce n’est pas tout ! La croyance populaire disant qu’un/une joueur/joueuse récoltant autant de points terminera définitivement la saison avec un différentiel +/- positif est totalement fausse. Nous n’avons qu’à penser à Alexander Ovechkin, qui a déjà terminé la saison avec un différentiel de -35 ! Ce n’est pas le cas de Poulin, qui, elle, n’a jamais terminé une saison avec un différentiel inférieur à 0.

Au total jusqu’à présent, Poulin a remporté six médailles internationales, dont deux médailles d’or olympiques (2010, 2014).

Elle et les Canadiennes de Montréal viennent également de remporter la coupe Clarkson dans la WCHL.

Marie-Philip est une véritable idole pour la grande majorité des hockeyeuses.

Donc, la question se pose, Marie-Philip Poulin deviendra-t-elle la plus grande joueuse de hockey sur glace féminin de tous les temps ?

Gabriel Leblanc

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here