C’est enfin officiellement commencé!

Si un événement sportif sait capter mon attention et ce, à chaque année, c’est bel et bien le Championnat Mondial Junior. Cette année, c’est la République Tchèque qui accueille le tournoi et ils ont même eu le culot de se payer la première surprise en surprenant Yaroslav Askarov et la Russie aujourd’hui.

Askarov n’a pas été « chancelant » , mais il n’a pas été « bon » dans ce match. Je disais lors de mes passages à la radio cette semaine qu’il était le joueur qui avait le plus à gagner dans ce tournoi et disons que sa sortie face aux Tchèques pourrait lui avoir fait perdre de précieux points.

Le jeune gardien russe a démontré beaucoup de caractère lors du dernier U18 et je suis convaincu qu’il saura rebondir lors de son prochain départ. Du moins, il devra le faire puisque sinon, les Russes n’ont absolument aucune chance de battre les autres gros pays.

Du côté du pays hôte, Michael Teply et Jan Jenik ont été les meilleurs avec une récolte respective de 3 et de 2 points. Teply est un choix de 4e tour des Hawks en 2019 alors que Jenik a été sélectionné en 3e ronde par les Coyotes lors de l’encan 2018. D’ailleurs, Jenik connaît une saison extraordinaire avec les Bulldogs de Hamilton dans la OHL comme le démontre sa fiche de 56 points en 27 rencontres. Est-ce que les Tchèques pourraient surprendre au final? I don’t think so!

Canada vs. USA

Avant que le tournoi s’amorce, les Américains occupaient le deuxième rang de mes favoris pour l’Or derrière les Suédois. C’était avant de voir la composition des trios de Scott Sandelin, l’entraîneur de l’équipe américaine.

Premièrement, ce droit d’être le coach de l’équipe américaine devrait, de façon logique, appartenir à Seth Appert et à John Wroblewski qui pilotent avec énormément de succès le programme de développement national. Personne n’est mieux placé qu’eux pour connaître les joueurs américains présents dans ce tournoi et je ne comprends pas du tout pourquoi on met en place un programme de développement comme celui-ci, mais qu’on refuse d’utiliser la chimie naturelle qui existe entre certains joueurs dans ce tournoi.

Parce que non, ce n’est pas normal de voir Cole Caufield et Alex Turcotte être séparés dans un tournoi court terme où vous ne devez jamais cracher sur une chimie qui est déjà existante entre deux coéquipiers qui évoluent ensemble. Turcotte et Caufield accomplissent déjà de très belles choses avec les Badgers de l’Université du Wisconsin et je suis complètement assommé de voir qu’on les sépare dans ce tournoi.

Au moment d’écrire ces lignes, le Canada menait 3-2 face aux USA grâce à une solide deuxième période. Sans dire que le Canada a mal joué, ce n’est pas le cas, les joueurs américains semblent avoir complètement perdu confiance en eux et semblaient totalement déboussolés. Ils avaient pourtant amorcé le match en lions.

Parlant des Américains, pouvez-vous m’expliquer pourquoi Arthur Kaliyev est le 13e attaquant alors qu’il a déjà inscrit 31 buts cette saison dans la OHL. Je crois sincèrement et très malheureusement que les mauvaises décisions de Sandelin coûteront le tournoi aux États-Unis…

Parce que ça ne prend pas la tête à Papineau pour savoir que les joueurs qui vous feront gagner ce genre de tournoi ne s’appellent pas Bobby Brink, Jack Drury, Parker Ford, Curtis Hall et Jacob Pivonka. Un gros D- pour le coaching staff des States jusqu’à présent.

Évidemment, je ne pouvais pas regarder deux matchs en même temps donc je vous livrerai mon compte rendu de la rencontre opposant la Suède et la Finlande qui avait lieu en même temps que celle du Canada.

Je vous rappelle que, question de feeling très très personnel, je favorise la Suède pour remporter l’Or. Leur défensive est l’une des meilleures que j’ai vues dans ce tournoi et je crois que Alex Holtz et Lucas Raymond voudront en mettre plein la vue aux recruteurs et qu’ils seront des bougies d’allumage pour leurs coéquipiers.

Évidemment, je peux me tromper! 🙂

Allez, à demain!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here