Être un joueur de hockey demande beaucoup de sacrifices, peu importe le niveau/catégorie qu’il joue. Originaire de Rosemère, Nicolas a sûrement fait le plus gros sacrifice en quittant le nid familial à 16 ans pour continuer sa carrière à dix heures de route de chez lui. Il a été repêché par le Drakkar de Baie-Comeau lors du premier tour, 15e au total du repêchage de la LHJMQ en 2013. En deux saisons avec l’organisation de la Côte-Nord, Meloche a beaucoup appris en tant que personne. Il est passé de simple joueur recru à un modèle pour les plus jeunes.

« J’ai passé de très belles années à Baie-Comeau, j’ai été choyé là-bas, j’avais une très belle famille de pension avec qui je suis resté proche. J’ai beaucoup évolué, appris et grandis. »

À la période des fêtes à la saison 2015-2016, le Drakkar de Baie-Comeau transige avec les Olympiques de Gatineau. L’équipe de l’Outaouais obtient les services du défenseur Nicolas Meloche contre un premier choix au repêchage de 2017 et 2018. Le Drakkar obtient également les services d’Artagnan Joly.

« Malgré la distance, mon père qui est un “mordu” de ce sport venait tout de même me voir jouer ! Maintenant, c’est sûr que cela est plus simple parce que je joue plus proche de la maison. C’est une belle organisation, nous avons une belle l’équipe et tout le nécessaire pour se rendre loin… »

Quand nous sommes jeunes, nous voyons toujours plus loin et plus grand sans même penser à ce qu’il faut vraiment faire pour arriver à notre but ultime. Je dis cela, car j’ai également un petit frère de 13 ans qui évolue actuellement au hockey et qui se voit déjà jouer dans la LNH !

Dans le cas de Nicolas, avec un gabarit de 6 pieds 3 pouces et 205 livres, il est un défenseur physique bidirectionnel. Il est très intelligent défensivement, ce qui lui permet de prendre des décisions précises et également prendre toutes les chances possibles pour marquer, en utilisant sa force dans son tir.

Grâce à tout cela, une grosse étape pour atteindre son rêve de jeunesse venait de se réaliser en juin 2015, lors du 53e repêchage de la Ligue Nationale Hockey au BB&T Center à Sunrise, Floride. Nicolas a été repêché au 2e tour, 40e au total.

« C’était incroyable de passer une journée avec ma famille et mes proches, d’être repêché par une belle organisation de la LHN ainsi qu’avec des légendes du hockey. Je ne me faisais pas d’attentes pour le repêchage alors c’était vraiment magique comme moment, j’avais les émotions au rendez-vous ! » – Nicolas Meloche

Son frère cadet Samuel Meloche a également voulu commenter le repêchage.

« C’est une expérience inoubliable. De notre côté, on est une famille mordue de hockey. En Floride, il n’y avait pas juste la famille proche, il y avait mes grands-parents paternels, quatre amis proches de Nick, ainsi que son ancienne famille de pension de Baie-Comeau. De notre côté, ce n’était pas le premier repêchage de la ligue nationale auquel nous participions, mais celui-ci était naturellement le plus spécial que nous avons vécu. Nous étions confiants que Nick sortirait dans les premières rondes alors nous n’étions pas inquiets pour ceci. Par contre, notre plus grand stress était à quel moment il allait être repêché ! Personnellement, quand son nom “Nicolas Meloche” a été annoncé, j’ai été ému bien malgré moi… j’étais surtout fier de lui et pour lui. Pendant qu’il était sur la scène, je me remémorais le défilement du début de sa carrière jusqu’au moment où il a été pris en photo avec le chandail de Colorado sur lui. » – Samuel Meloche

Quand deux personnes de la même famille pratiquent le même sport, pratiquement au même niveau, nous avons souvent tendance à penser qu’il peut y avoir beaucoup de tension et de jalousie entre les deux. Par contre, tous ceux et celles qui connaissent les frères Meloche savent qu’il existe une très belle complicité entre eux.

« Pour moi, mon frère ce n’est pas juste mon frère, il est mon meilleur ami, mon petit frère, la personne la plus importante pour moi. Je crois bien que c’est réciproque également. Toute la famille, on sait que le repêchage ce n’est qu’une étape du but ultime, mais cela reste quelque chose de magique pour nous tous. Chaque gros moment, chaque nouvelle étape de sa carrière devient de beaux moments. Au final, il sait que sa famille le regarde et le supporte. Nick reste très reconnaissant de tout ceci et des choses que nos parents ont faites pour l’aider à se rendre où il est maintenant. Il est très humble à mon égard aussi, même qu’au repêchage, Nicolas a dit que si cela n’était pas de son grand frère, il ne serait pas le joueur qu’il est aujourd’hui. En lui donnant l’expérience que j’accumulais (Samuel est plus âgé que Nicolas) en l’amenant jouer avec mes équipes, en lui donnant l’exemple et à être dur avec… Cela aussi a été un moment que je n’oublierai jamais. » – Samuel Meloche

Marie-Ève Carrière

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here