D’amateur à professionnel, Stéphane Bergeron était loin de se douter qu’un jour il consacrerait sa vie à créer des masques pour gardien de but. Vingt ans plus tard, le véritable artisan vit toujours de sa passion pure et dure pour son métier.

Lorsqu’on regarde l’équipement d’un gardien de but au hockey, ce qui capte l’œil en premier, c’est bien entendu leur masque. Pour plusieurs d’entre eux, c’est une façon d’exprimer qui ils sont, d’où ils viennent.

Pourtant, il n’y a pas si longtemps, il n’était pas coutume de faire peindre son masque.

Stéphane Bergeron en sait quelque chose. Débutant sa carrière dans les années 90, il est l’un des pionniers dans l’industrie artistique des masques de hockey.

« J’ai commencé à faire ça un peu plus tôt dans les années 90, se souvient-il. C’était en 1995 et le concept était totalement nouveau. J’étais le seul au Québec à faire ça dans le temps. »

À l’époque, les peintres comme lui étaient presque inexistants. Le concept a pris de l’ampleur et a rapidement suscité l’intérêt des différents gardiens de but.

Tournure inattendue

En 1996, Patrick Lalime évoluait avec les Lumberjacks de Cleveland dans la Ligue internationale de hockey. Intrigué par cette nouvelle mode, il a fait appel aux services de Stéphane.

« J’ai réussi à avoir ce gars-là par hasard », relate-t-il. Ce qu’il ne devinait pas encore, c’est que sa carrière de peintre amateur venait de prendre une tout autre couleur.

« À cette époque-là, c’était quand même nouveau ce concept-là de peindre des masques. J’ai senti qu’il y avait quelque chose à faire avec ça, donc j’ai décidé de me lancer là-dedans à temps plein, raconte-t-il. C’est avec lui [Patrick] que ç’a commencé, et ça n’a jamais vraiment arrêté par la suite. »

Après avoir été engagé pour la compagnie High-Tech Stéphane s’est lancé dans le vide. Pour lui, poursuivre à son compte était la chose à faire.

Dur dur d’être un artiste

Un métier en apparence plaisant, qui peut parfois s’avérer redoutable en raison du long processus de travail.

« Les peintures sont de plus en plus longues à faire sur chaque masque, parce qu’il y a plus de détails. On passe beaucoup plus de temps sur chaque masque, alors c’est difficile de satisfaire tout le monde rapidement. »

Pour chaque pièce produite, le peintre rencontre et discute du concept avec les différents clients. Ensemble, ils choisissent le design et les couleurs. « Il y en a qui sont assez ouverts, mais en général, ils sont assez méticuleux en ce qui concerne leur équipement de gardien. C’est bien important de respecter leur goût. »

La tête remplie d’idées, Stéphane fournit par la suite un croquis qu’il n’hésite pas à modifier selon les demandes. « Souvent il y a des modifications à apporter aux croquis et c’est correct. Je veux que mes clients soient satisfaits avant que j’applique la peinture. »

Bien qu’il n’ait pas toujours été facile d’assumer seul la montagne de travail qu’il l’assénait, Stéphane affirme qu’être resté le seul peintre de son entreprise a été la meilleure décision qu’il ait pu prendre.

« Dans ce domaine-là, quand tu commences un masque, il faut que tu le fasses de A à Z, explique-t-il. Tu ne peux pas faire un bout et donner un petit bout à un autre employé pour qu’il le finisse. »

L’art pour tous

Bien qu’il compte trois joueurs de la Ligue nationale de hockey parmi ses clients, les amateurs constituent principalement sa clientèle.

S’il y a vingt ans le concept était méconnu, aujourd’hui il est répandu aux quatre coins de la planète hockey.

Même les jeunes joueurs de niveau atome possèdent ces joyaux. « Les jeunes veulent imiter leurs idoles. Ils voient leurs idoles avec des masques peinturés, c’est certain qu’ils en veulent aussi. »

Après vingt ans de métier, le propriétaire de Griff Airbrush peut aujourd’hui se vanter de posséder trois gagnants de la Coupe Stanley parmi ses clients professionnels. Au cours des dix dernières années, Corey Crawford, Marc-André Fleury et Matt Murray ont à eux seuls remporté sept coupe Stanley. « Une grande fierté » a-t-il admis le sourire dans la voix.

Site internet officiel de Stéphane : griffairbrush.com

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here