Well : Repêchage 2019 : mon top 31

Après plusieurs mois à analyser cette déstabilisante cuvée 2019, il est maintenant temps de la décortiquer officiellement avec ce tout aussi déstabilisant top 31 de mon cru.

Pour la plupart d’entre vous, j’étais totalement disparu de la planète hockey, mais dans la réalité des choses, pour être 100 % franc avec vous, disons que j’avais tout simplement besoin d’un bon break. La bonne nouvelle, c’est que pendant cette longue pause, j’ai pris le temps de bien analyser ce repêchage 2019 qui nous en mettra  « plein la gueule » le 21 et le 22 juin prochain.

En plus de 10 ans à analyser les repêchages année après année, force est d’admettre que je n’en ai jamais vu un comme celui de cette année. Non seulement cette cuvée est spéciale, mais je crois qu’elle est prémisse de ce qu’on verra de plus en plus dans le futur. Les programmes de développement internationaux sont de plus en plus solides et tout ça, créer une parité exceptionnelle entre les joueurs disponibles au repêchage.

Sur ma page, je parlais souvent des  « gaps » qui séparaient les joueurs et bien, dans mon analyse finale, les voici ces fameux  « gaps » et vous comprendrez la raison majeure pour laquelle cette cuvée 2019 en est une EXCESSIVEMENT difficile à analyser…

1 : 1 joueur 
2 : 1 joueur 
3 à 12 : 10 joueurs 
13 à 17 : 5 joueurs 
18 à 31 : 14 joueurs

En temps normal, il y a au moins 6, 7 ou 8 gaps en première ronde, mais vous voyez bien que cette année, la ligne qui sépare les joueurs est excessivement mince ce qui rend la tâche très ardue quand vient le temps de classer les joueurs. Bref, les équipes auront souvent la chance de sélectionner un joueur au feeling, ce qu’on appelle dans le milieu des  « feeling picks », chose relativement rare en première ronde où le B.P.A. (Best Player Available) est normalement très populaire.

Sans plus tarder, voici mon top 31 de ce repêchage 2019. Les joueurs présents dans cette liste ont été classés selon mon propre jugement personnel et cette liste a été construite selon mon analyse.

Enjoy it!

1- Jack Hughes – Centre – USA
J’ai énormément saigné des yeux lors des derniers mois en voyant passer ce nombre incalculable de textes sur le fait que Kaapo Kakko avait dépassé Hughes et que les Devils feraient une grave erreur en sélectionnant Hughes. Heureusement, Ray Shero est une personne plus crédible que les gens qui écrivent ces textes et il sélectionnera le meilleur joueur incontesté de cette cuvée 2019. Hughes est un joueur exceptionnel qui a connu une saison parfaite à tous les niveaux. Il possède le meilleur coup de patin de cette cuvée, le meilleur Hockey I.Q et est » possiblement » le meilleur joueur sélectionné depuis Connor McDavid. En gros, vous verrez un Patrick Kane jouer au centre, ce qui à mes yeux, est le joueur idéal. Hughes attend ce jour depuis très longtemps et est préparé pour dominer dans la LNH.

2- Kaapo Kakko – Ailier Droit – Finlande 
J’ai longuement hésité avant de me permettre de placer Kakko au deuxième rang, mais la raison a eu le dessus. C’est vrai que Kakko a plusieurs outils qui me laissent croire qu’il sera très solide dans la LNH. Il est, au final, le deuxième meilleur joueur de cette cuvée puisqu’il l’a gagné tout au long de la saison. Sa performance au Mondial m’a permis de clarifier son statut dans cette cuvée. Après tout, il n’y a absolument rien de mal à finir 2e. Le gros finlandais me rappelle Aleksander Barkov au niveau de la finesse globale et c’est comme si on lui a ajouté une petite parcelle de Mikko Rantanen au final pour venir y ajouter un peu de mordant.

3- Bowen Byram – Défenseur – Canada
Je vous parlais des gaps plus haut et bien, les maux de tête commencent ici. À mes yeux à moi, et c’est le but du texte, Bowen Byram a mérité de se retrouver au troisième rang. Ce qu’il a accompli avec les Giants de Vancouver cette année est inhumain, jamais je n’avais vu un défenseur de 17 ans dominer autant la WHL. 71 points en 67 parties, dont 26 buts. 26 points en 22 matchs de séries… à 17 ans! Sa mobilité est sa principale force et c’est la nouvelle tendance dans la LNH. Qu’on pense à Cale Makar et à Quinn Hughes qui ont connu une entrée en matière plus qu’intéressante cette année. Rares sont les chances de pouvoir s’offrir un jeune défenseur de la sorte et pour cette raison précise, je crois fermement qu’il mérite d’être assis sur la troisième marche du podium.

4- Alex Turcotte – Centre – USA 
Il existe plusieurs façons d’analyser la saison Turcotte. Il a été blessé, ce qui n’est pas positif dans une année de repêchage, mais j’ai décidé de pointer mon attention sur son 1.68 pts par match qui à mes yeux est exceptionnel pour un joueur dans sa position. Pourquoi l’est-il autant? Parce que Turcotte était condamné au rôle de second violon avec le USNTDP derrière Hughes et que si ce dernier n’avait été que poussière, Turcotte aurait démontré de plus grandes choses en offensive. Au final, Turcotte est un joueur extrêmement complet bâti sur mesure pour la LNH. Plusieurs le comparent à Jonathan Toews, mais je pousserai l’audace à le comparer à Matthew Tkachuk. Je n’ai jamais vu passer cette comparaison, mais j’aime bien y aller de mes propres analyses et je ne peux m’empêcher de voir Tkachuk lorsque je vois Turcotte sur la glace. Je crois même que le natif de l’Illinois pourrait jouer avec plus de mordant qu’on ose le croire lorsqu’il prendra son aise dans la LNH.

5- Dylan Cozens – Centre – Canada 
Cozens n’est pas le joueur le plus flashy. Ce n’est pas celui que vous remarquez en premier au U18 par exemple, mais lorsque vous prenez bien le temps de l’analyser, vous réalisez assez rapidement qu’il ne possède pratiquement de défauts qui pourraient lui nuire à son arrivée dans la LNH. Gabarit parfait pour le hockey professionnel, flair offensif plus haut que la moyenne, excellent coup de patin pour son format, responsable sur 200 pieds, leader naturel, bon lancer, bon fabricant de jeu, bref, après Turcotte, c’est l’attaquant le plus » safe » dans cette portion du repêchage et je crois que c’est ce qui départagera les joueurs au final lorsque les équipes devront prendre une décision finale. Le facteur risque est totalement absent chez Cozens et c’est pourquoi je le place au 5e rang.

6- Matthew Boldy – Ailier gauche – USA 
Personne, et je ne dis bien personne n’a écrit quoi que ce soit de négatif sur ce joueur que l’on compare à un couteau suisse. En bon français, on pourrait dire que Boldy est l’homme à tout faire de cette cuvée et que c’est sa polyvalence qui fera en sorte qu’il sortira plus haut que les gens semblent le croire. Je le vois parfois être classé 10e, 11e, 12e, mais expliquez-moi pourquoi un joueur catégorisé » parfait » sortirait aussi loin? S’il est parfait, prenez-le… Je vois Joe Pavelski en lui et j’adore ça.

7- Kirby Dach – Centre – Canada 
Une véritable énigme pour moi ce Kirby Dach, mais plus je regarde les séries et plus je réalise que les gros bonhommes ont encore leur place dans la LNH. Kirby Dach me rappelle un peu les belles années de Vincent Lecavalier et je me permets de vous avouer que j’adore les gros joueurs de centre à la Ryan Getzlaf. Je ne serais même pas surpris qu’il sorte plus haut puisqu’il présente un profil extrêmement intéressant pour une équipe comme l’Avalanche qui parle au 4e rang et qui pourrait bien se tourner vers un gros deuxième centre pour venir appuyer MacKinnon. Assurément une très bonne sélection dans cette portion du repêchage. Un autre « safe pick ».

8- Alex Newhook – Centre – Canada 
Je vous parlais de maux de tête plus haut, à partir de ce rang précis, c’est pratiquement impossible de classer les joueurs puisque chacun des joueurs mérite d’être inséré au 8e rang. Malheureusement, on doit trancher et j’ai suivi mon feeling. Newhook est assurément l’un des joueurs les plus sous-estimés de cette cuvée 2019 et la raison est simple, il a évolué dans la BCHL qui est vue comme une ligue inférieure. Mais plus je regardais Newhook et plus j’étais capable de transposer son jeu dans la LNH. Le truc, c’est d’isoler les séquences et d’analyser le joueur seul et non à travers son environnement et je vous avouerai que de voir Newhook dominer au U18 a été une satisfaction puisque c’était la confirmation qu’il était bel et bien à sa place. Coup de patin explosif, hockey I.Q. au-dessus de la moyenne, il s’en va jouer pour Jerry York à Boston College et je crois qu’il s’agira d’une décision extrêmement payante pour lui. Il évoluera d’ailleurs avec Matthew Boldy là bas.

9- Cole Caufield – Ailier Droit – USA 
Oui, je sais, Caufield est le Alex DeBrincat de la cuvée 2019. Assurément le meilleur marqueur de sa classe et il se permet d’offrir plus que de simplement marqueur des buts. Caufield peut très bien s’occuper de transporter la rondelle, mais en évoluant avec Jack Hughes et Matt Boldy, il n’avait pas réellement besoin de le faire, donc on l’a automatiquement placé dans la catégorie  « Sniper only », mais c’est faux de croire qu’il ne peut que marquer des buts. Il me fait beaucoup penser à Brad Marchand, mais sans la stupidité bien sûr.

10- Trevor Zegras – Centre – USA 
Plusieurs le considèrent comme le meilleur fabricant de jeu de cette cuvée. Personnellement, j’ai quelques petites réserves sur Zegras puisque beaucoup de  « flashy play » qu’il a faits cette saison ne se transposent pas dans la LNH et c’est pour cette raison que je le place plus bas que la majorité des gens. C’est une chose de faire des passes dignes des Harlem Globetrotters dans la USHL, mais ça en est une autre de répéter l’exploit dans la LNH et je crois fermement que Zegras devra ajuster sa façon de jouer rendu  « en haut ». Par contre, il possède le I.Q. pour le faire et pourrait bien devenir un joueur extrêmement dangereux s’il s’adapte bien au hockey de la LNH.

11- Peyton Krebs – Centre – Canada 
Possiblement mon coup de cœur de cette cuvée 2019, mais Krebs est le joueur le plus difficile à catégoriser puisque son environnement est très trompeur, mais bel et bien réel. Oui, il a évolué pour l’une des pires équipes de la LCH, mais j’ai énormément de difficulté à faire avec son -50. J’aime beaucoup sa fiche de 68 points en 64 parties et je crois avec certitude qu’il aurait pu en ajouter au moins 20 s’il avait évolué avec une équipe compétitive, mais le rôle principal d’un joueur de centre est de bien jouer sur 200 pieds et je crois que Krebs devra travailler sur cet aspect dans le futur. Il demeure un joueur très intéressant pour une équipe qui a le luxe de pouvoir compter sur un premier centre. Krebs pourrait devenir le complément idéal pour une équipe qui ne bâtira pas son attaque autour de lui. Il me rappelle Joe Sakic et Steve Yzerman dans leurs belles années.

12- Vasily Podkolzin – Ailier Droit – Russie 
Je vous présente la plus grosse énigme de ce repêchage. Vasily, mon ami Vasily. Que dire? Année en dents de scie pour lui et très instable, mais il a démontré beaucoup de flashs encourageants, entre autres au U20 où il a été utilisé à toutes les sauces malgré son jeune âge, ce qui n’est vraiment pas habituel en Russie. Pour moi, c’était un très bon signe. Par contre, son tournoi U18 a été DÉSASTREUX, alors qu’on s’attendait à le voir pulvériser le tournoi. Podkolzin a tous les outils pour devenir un Vladimir Tarasenko dans la LNH, mais ce qui refroidira les formations qui parlent dans le top 10, c’est sa situation contractuelle. Je ne crois pas que les formations se permettront de passer à côté des joueurs mentionnés plus haut en sachant que notre bon ami russe ne se pointera le bout du nez que dans 2 ans. Par contre, au rang 12, il est le B.P.A.

13- Philip Tomasino – Centre – Canada 
Claude Giroux. Que dire de plus? Extrêmement explosif, excellent partout sur la patinoire, Tomasino est le plus gros » riser » de cette cuvée 2019 et c’est un peu le Ty Dellandrea de cet encan 2019, mais avec plus de flair offensif. Prédiction très personnelle, il sera le joueur le plus dominant dans la LCH l’an prochain et jouera un très grand rôle avec ECJ. Un de mes coups de cœur de ce repêchage.

14- Cam York – Défenseur – USA 
Clairement le deuxième meilleur défenseur de cet encan à mes yeux. Pendant que tout le monde n’avait d’yeux que pour les attaquants américains, York faisait son petit bonhomme de chemin comme quart-arrière de la formation récoltant les points comme une vieille dame récolte les fleurs dans son jardin. Sans trop faire de bruit, York s’est développé à l’image des Charlie McAvoy, Cam Fowler et Zach Werenski avec le USNTDP et je vous souhaite, mes très chers partisans du Tricolore, qu’il atterrisse chez vous au 15e rang puisqu’il viendrait combler votre besoin le plus précieux à la gauche d’une défensive misérable.

15-Victor Soderstrom – Défenseur – Suède 
Clairement la portion du repêchage où les défenseurs seront à l’honneur et avec raison. Victor Soderstrom me rappelle un jeune défenseur repêché au 15e rang par les Sénateurs en 2008. Erik Karlsson son nom. Défenseur droitier axé sur l’offensive, coup de patin très très similaire avec une  « stride » pas très puissante, mais très efficace. Il se pourrait très bien qu’une équipe décide de repêcher au besoin et qu’elle le prenne plus haut. Bref, c’est comme si tous les joueurs classés entre les rangs 10 et 20 méritent d’être repêchés au 10e rang… Vous voyez le genre!

16- Moritz Seider – Défenseur – Allemagne 
Quelle belle bibitte ce Seider. C’est drôle à écrire, mais ce jeune défenseur allemand me rappelle énormément Victor Hedman au même âge. Coup de patin très très efficace pour son gabarit (6’3” 210 lb), excellente vision sur la totalité de la glace, bon à toutes les sauces, il était le meilleur défenseur de son pays au Mondial et il n’avait que 17 ans. Lui aussi pourrait bien sortir plus haut le 20 juin prochain.

17- Spencer Knight – Gardien – USA
Classer un gardien n’est jamais de tout repos, imaginez le faire cette année dans cette étourdissante cuvée. Je crois, en toute modestie, l’avoir placé dans un rang qui lui va très bien. J’ai même jasé avec un NHL Scout qui croit qu’il sortira au 13e rang chez les Panthers. Je trouve l’idée très intéressante d’ailleurs. Knight aura la chance d’aller parfaire son art avec Boston College et pourrait bien avoir un parcours très similaire à son compatriote Connor Hellebuyck.

18- Philip Broberg – Défenseur – Suède 
L’un des défenseurs les plus difficiles à analyser dans cet encan. Autant Broberg possède le plus beau coup de patin chez les défenseurs, autant c’est à se demander qu’en fera-t-il au niveau de la LNH. C’est en jasant avec mon bon ami Kevin Dubé, Journaliste sportif au Journal de Québec, que j’ai réalisé que c’est une chose de bien patiner, mais un défenseur se doit d’accomplir beaucoup d’autres choses sur la patinoire et je crois que Broberg aura quelques trucs à travailler pour mériter d’être considéré meilleur que ses collègues classés plus haut. Par contre, si les astres sont alignés, il pourrait bien, au final, devenir le deuxième meilleur défenseur de cette cuvée. High risk, high reward!

19- Nick Robertson – Ailier Gauche – USA 
Et voilà, c’est parti. À partir de ce rang, les équipes repêcheront au feeling et au besoin puisqu’il n’y a absolument aucun gap qui sépare les joueurs jusqu’en fin de première ronde. Nick Robertson est le genre de joueur qui passe totalement sous le radar dans une cuvée comme celle-ci puisqu’il n’a pas évolué pour une grosse formation et que ses statistiques ne sont pas hyper impressionnantes. Par contre, il possède beaucoup d’outils pour séduire les équipes de la LNH. C’est un travaillant et un joueur extrêmement agile en offensive. Robertson a été mon coup de cœur lors du CHL Top Prospects Game. J’ai vu Travis Konecny sur la glace ce soir-là.

20- Thomas Harley – Défenseur – Canada 
Je vois énormément de gens du milieu comparer Harley à mon bon ami Thomas Chabot et ces gens ont raison à 100 %. Même genre de défenseur, même genre de coup de patin, même vision, même rôle et exactement le même range lors de leur année de repêchage. Harley a été très bon au U18 et a la chance de bénéficier du très beau programme de Mississauga dans la OHL. Le genre de nom que vous pourriez bien retrouver chez le CH au 15e rang.

21- Ville Heinola – Défenseur – Finlande 
Ville Heinola est le prototype parfait de ce que la Finlande s’efforce de développer en matière de défenseurs. J’aimerais même dire qu’il pourrait être bien-être la version 2.0 de Julius Honka. Il se situe quelque part entre Miro Heiskanen et Esa Lindell. Assurément l’une des valeurs les plus sûres dans ces rangs pour une équipe qui ne veut pas  « perdre un pick ».

22- Nils Hoglander – Ailier Gauche – Suède 
Assurément l’un des joueurs les plus habiles de sa classe. Ce que j’aime des attaquants suédois dans son genre, c’est que même si on les catégorise comme  « attaquant offensif », ils ont la chance d’être munis d’une vision défensive naturelle en bonus. Hoglander est un patineur spectaculaire qui possède l’un des 5 meilleurs flairs offensifs de cette cuvée. Il me rappelle drôlement Dominik Bokk qui était curieusement classé au même endroit l’an dernier par votre humble serviteur.

23- Arthur Kaliyev – Ailier Droit – USA 
L’un des joueurs qui m’a donné le plus de fil à retordre. Excellent marqueur, aucun doute sur cet aspect. Gros bonhomme, bon coup de patin. Par contre, Kaliyev me rappelle drôlement Pavel Zacha à son année de repêchage et parions que si les Devils avaient la chance de revenir en arrière, ce dernier ne serait pas sélectionné au 6e rang. Je considère ce genre de joueurs comme des pièges puisque je considère que c’est beaucoup plus difficile aujourd’hui de marquer des buts dans la LNH et qu’un joueur doit offrir un jeu plus global s’il veut évoluer sur un top 6. Ce n’est pas ce que Kaliyev a à offrir présentement. Mais, à partir du 20e rang, à mes yeux, il pourrait devenir une très bonne sélection pour une équipe qui est capable de vivre avec ce genre de joueur.

24- Jakob Pelletier – Ailier Gauche – Canada
Je connais Jakob depuis qu’il évolue Pee-Wee et je peux vous assurer que chaque fois qu’il saute sur la patinoire, il a le feu dans les yeux et un peu à l’image de Nick Robertson, ce n’est pas sa petite taille qui viendra refroidir les formations à son égard. C’est une bonne personne en plus d’être un excellent joueur et à mes yeux, il est le meilleur espoir de la LHJMQ. L’équipe qui le repêchera ne le regrettera jamais. Il pourrait bien être le prochain Jonathan Marchessault.

25- Samuel Poulin – Ailier Droit – Canada 
Envoye dont les Québécois! J’ai adoré la présence de Samuel au CHL Top Prospects Game et selon moi, il a gagné beaucoup de points lors des dernières séries. Il possède une belle maturité et s’il travaille aussi fort que l’a fait son père, il pourrait très bien avoir une carrière surprenante dans la LNH. Une très bonne sélection en première ronde pour une équipe qui veut  « jouer safe ».

26- Bobby Brink – Ailier Droit – USA 
Je me suis laissé séduire très rapidement par ce petit attaquant américain lors de mes premiers visionnements, mais j’ai fini par avoir beaucoup de difficulté à le classer. Fin marqueur, Brink possède une très bonne vision offensive, mais je n’ai pas du tout aimé son jeu défensif au U18. C’est quelque chose qui s’améliore, certes, mais je crois que plusieurs équipes hésiteront beaucoup quand viendra le temps d’aller prononcer son nom sur le podium. Par contre, je me souviens d’un certain dénommé Brock Boeser qui a du attendre jusqu’au 23e rang pour entendre son nom en 2015…

27- Lassi Thomson – Défenseur – Finlande
Un peu comme son prédécesseur canin, Lassi sera très fidèle à son maître dans la LNH. L’un des défenseurs les plus fiables de cette charmante cuvée. Excellent patineur, sa qualité première est sa prise décision qui est pratiquement sans bavure. Il a été exceptionnel au CHL Top Prospects Game et même si plusieurs ne le classent pas en première ronde, je crois qu’il mérite pleinement d’être sélectionné parmi les 31 premiers.

28- Vladislav Kolyachonok – Défenseur – Russie 
Très habile patineur, j’ai adoré sa saison avec Flint. À l’image de son coéquipier Ty Dellandrea, il n’a pas reçu énormément d’attention médiatique, mais je crois que plusieurs équipes l’ont sur leur liste dans ces rangs. C’est un défenseur très fiable qui possède une bonne vision pour appuyer l’attaque. Une très bonne sélection pour une équipe qui cherche un défenseur avec un bon upside NHL.

29- Ryan Suzuki – Centre – Canada 
Je sais, je sais, c’est peut-être un peu loin pour Suzuki, mais je vous le répète, c’est extrêmement difficile de classer les joueurs. On doit trancher et j’ai dû le faire dans son cas. J’aime qu’on le compare à son frère Nick, mais c’est malheureusement injustifié à mes yeux. Nick est beaucoup plus explosif et joue comme un bulldog sur la glace. Ryan est un peu plus cérébral et passif. Il possède un meilleur coup de patin que son frère, mais je ne crois pas qu’il sera un meilleur joueur au final. Nick possède une coche de plus que son cadet.

30- Jamieson Rees – Centre – Canada 
Encore une fois, la comparaison avec Travis Konecny me frappe en pleine face. Même école, celle de Sarnia où le #11 des Flyers y a joué après avoir été sélectionné. Même genre de joueur, extrêmement combatif sur la patinoire et doté d’énormément de talent offensif. Il a été l’un de mes principaux coups de cœur au U18. Il sortira probablement en deuxième ronde, mais je me devais, par respect pour mon amour pour ce genre de joueur, de le placer en première ronde.

31- Connor McMichael – Centre – Canada 
C’est ici que se termine mon aventure. Un bon joueur de centre classique qui vient de la belle école des Knights de London. Ne soyez pas surpris s’il sort plus haut, c’est très possible dans son cas. Les Hunter ont mérité la réputation de former d’excellents joueurs de centre et McMichael pourrait bien être le prochain.

Voilà!

En espérant que cette très longue lecture vous ait plu. Des heures et des heures de recherches et de plaisir qui se terminent avec ce top 31.

Je profite de l’occasion pour remercier Oli pour la belle opportunité et pour vous remercier vous, qui me suivez depuis déjà 10 ans dans cette chaotique route vers le top. Sans vous, je n’aurais pas pris ces 6 heures pour composer ce texte. Sans vous, je n’aurais pas pris la décision de revenir.

Enjoy it!

MERCI!!

Pour me suivre sur les médias sociaux :
Facebook : ICI
Twitter : ICI

Source image : USA Hockey

Article précédentMYM 2019: Inscription en ligne
Article suivantTeam Perfo – Yoga
Well
Wellhttps://www.facebook.com/WellHPA
Hockey Prospects Analyst

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Must Read

Well : mes réponses à vos questions – Semaine du 29...

Bon lundi les amis, j'espère que vous passez de belles vacances. J'vous dérange 10 minutes pour une petite lecture! 🙂

Team Perfo – Yoga

- Advertisment -