[fusion_builder_container hundred_percent=”no” equal_height_columns=”no” hide_on_mobile=”small-visibility,medium-visibility,large-visibility” background_position=”center center” background_repeat=”no-repeat” fade=”no” background_parallax=”none” parallax_speed=”0.3″ video_aspect_ratio=”16:9″ video_loop=”yes” video_mute=”yes” overlay_opacity=”0.5″ border_style=”solid”][fusion_builder_row][fusion_builder_column type=”1_1″ layout=”1_1″ background_position=”left top” background_color=”” border_size=”” border_color=”” border_style=”solid” border_position=”all” spacing=”yes” background_image=”” background_repeat=”no-repeat” padding=”” margin_top=”0px” margin_bottom=”0px” class=”” id=”” animation_type=”” animation_speed=”0.3″ animation_direction=”left” hide_on_mobile=”small-visibility,medium-visibility,large-visibility” center_content=”no” last=”no” min_height=”” hover_type=”none” link=””][fusion_text]

Le Canadien est la plus vieille équipe de la Ligue Nationale de Hockey et elle possède l’histoire la plus riche de la ligue. Durant son histoire de plus de cent ans, il y a eu des hauts et des bas. Avant l’arrivée de Maurice Richard, le club de hockey Canadien n’était pas en très bonne posture. Au milieu des années 30, l’équipe battait de l’aile et l’on parlait de peut-être déménager l’équipe dans une autre ville telle que Cleveland. Heureusement, ce n’est pas arrivé et c’est après cette sombre période que le Canadien a su connaitre plusieurs séquences de gloire.

Un peu plus près de nous, je me rappelle assez bien vers la fin des années 90 et au début des années 2000, quand le CH a connu des moments très sombres. À cette époque, seulement quelques années après le départ des Nordiques, une chute drastique de la valeur du dollar canadien ainsi que quelques saisons à sombrer dans le bas du classement, on sentait que ça ne tournait pas rond à Montréal. Je me rappelle assez bien qu’à cette époque il y avait eu un petit désintéressement des partisans face à leur équipe.

Heureusement, l’équipe de marketing a su aller chercher les émotions des partisans par de nouvelles méthodes. À partir de là, le Canadien n’était plus simplement notre équipe locale. Le Canadien était maintenant une marque et un symbole. Si vous regardez le marketing qui était proposé avant les années 2000, vous remarquerez que c’était plutôt simpliste. Dans ce temps-là, j’imagine que l’on n’avait pas besoin du marketing, les amateurs venaient naturellement vers les Canadiens. Aujourd’hui on a construit une belle marque, qui se fonde beaucoup sur l’histoire de la gloire passée! (À défaut d’être apte à récolter les grands honneurs.) Ce n’est pas seulement les Canadiens qui font cela, parce que c’est similaire pour les Maple Leafs, les Oilers, les Islanders etc.

Évidemment, on doit être honnête, le Canadien n’est plus l’équipe d’autrefois, mais elle est encore une bonne équipe depuis quelques années. Les rendements sur la glace se sont stabilisés depuis les heures sombres de la fin des années 90. Entre la saison 2001-2002 à la saison 2015-2015, le Canadien a fait les séries 10 fois sur 15 incluant l’année de lock-out.

Défaite en 3e ronde : 2 saisons
Défaite en 2e ronde : 4 saisons
Défaite en 1ere ronde : 4 saisons
En dehors les séries : 4 saisons
Lock-out : 1 saison

De manière générale, si l’on se compare avec les Red Wings et les Blackhawks, on peut trouver ça assez ordinaire, mais quand on fait l’exercice avec la majorité des équipes de la ligue c’est plutôt bon. Bref, c’est un ratio qui est très enviable pour la plupart des équipes. Alors, avec un tel rendement, je n’ai pas trop peur de perdre mon équipe de hockey, du moins à court terme.

Cela étant dit, comment est-ce que l’on réagirait s’ils devaient, malgré tout disparaitre? Je vous en parle prochainement, en comparant le tout avec ce qui s’est passé avec nos Expos.

Philippe Landry

[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here